Une solution respectueuse de l’environnement, le désherbage thermique

Le désherbage thermique est une méthode très populaire auprès des jardiniers amateurs et de nombreux agriculteurs biologiques. Pour que le désherbage soit très efficace, il est essentiel de respecter quelques principes. Mais en quoi cette méthode de désherbage thermique est-elle une solution écologique ?

Qu’est-ce que le désherbage thermique ?

Également appelé pyrodésherbage, le désherbage thermique consiste à éradiquer les mauvaises herbes particulièrement envahissantes sans utiliser de produits chimiques. En d’autres termes, cette technique utilise la chaleur pour éliminer les mauvaises herbes par choc thermique. C’est l’une des techniques optimales pour protéger les cultures. Il permet de limiter ou d’éviter l’utilisation d’herbicides.

Quelles sont les principales méthodes de désherbage thermique ?

Ce principe du désherbant thermique comprend différentes méthodes :

  • Le désherbage thermique avec une flamme nue ou un brûleur à gaz ;
  • Le désherbage thermique par infrarouge dans lequel la chaleur de la flamme est condensée sous un capot ou « four » et restituée par un revêtement spécial alimenté au gaz ;
  • Le désherbage thermique à l’eau chaude.

Désherbage thermique à l’eau chaude

L’eau chaude applique le concept de choc thermique aux plantes. En effet, une température supérieure à 70°C provoque une rupture des cellules et une dénaturation des protéines, ce qui conduit à la dégradation de la plante en quelques heures. Pour vérifier l’efficacité du passage, il suffit de pincer une feuille entre vos doigts. Si votre empreinte digitale apparaît sur la feuille, le passage est efficace. Des machines de désherbage à l’eau chaude et à la vapeur sont à la disposition des amateurs de jardinage.

Désherbage thermique à gaz

Des désherbeurs thermiques à flamme vive ou à infrarouge sont disponibles à la vente pour les amoureux des espaces verts. Quant au gaz utilisé pour le désherbage thermique, vous avez le choix entre le butane et le propane. Cependant, nous vous recommandons d’utiliser une bouteille de propane, car la flamme générée est plus intense qu’avec le butane. En fonction de votre utilisation, vous pouvez choisir par exemple la bouteille de propane de marque Elfi ou la bouteille de 13 kg.

Mode d’emploi

Les désherbants thermiques agissent rapidement sur les plantes, environ 1 à 2 secondes. Il est donc inutile d’optimiser le temps de passage pour ne laisser que des résidus de cendres. Il convient de noter que la température émise par l’appareil lors du désherbage est comprise entre 600 et 1000 °C. En fonction de l’infestation des mauvaises herbes et des conditions climatiques, il est conseillé de faire un ou deux passages par mois, notamment en saison des pluies.

Le désherbage thermique peut être appliqué à tous les types de surfaces, à l’exception de celles qui sont sensibles à la chaleur, comme les revêtements synthétiques ou le paillage. Ces surfaces risquent en effet de fondre ou de brûler. En revanche, ils conviennent parfaitement aux petites et moyennes surfaces, aux pavés, aux dallages, aux pavés, aux caniveaux, aux chemins et aux pieds de murs. Toutefois, le risque de détérioration dépend du matériau des murs.

L’efficacité du désherbage thermique en fonction des espèces de mauvaises herbes

Il faut savoir que toutes les mauvaises herbes n’ont pas la même sensibilité. Certaines espèces peuvent récupérer très rapidement en raison de leur partie souterraine que l’appareil ne peut pas atteindre. À l’inverse, certaines espèces sont très faciles à éliminer, comme la pensée sauvage et le mouron des oiseaux (stade plantule), le gaillet et le séneçon (stade plantule à 4 feuilles). Dans tous les cas, la meilleure technique est d’intervenir avant la formation des graines ou même des fleurs, sinon de nouvelles espèces repousseront.

Il faut noter que parmi les espèces dites récalcitrantes, on trouve des graminées comme le chiendent, le pâturin annuel, etc. Sans oublier les vivaces et les monocotylédones qui sont moins sensibles que les dicots et les annuelles. Elles peuvent être arrachées en surface, mais ces plantes repoussent à partir de leurs organes souterrains dans les jours qui suivent le désherbage.

Le désherbage thermique, en apportant de la chaleur au sol, peut faire sortir les graines de leur état de dormance et ainsi favoriser leur germination. En conséquence, la croissance peut être importante et plusieurs passages peuvent être nécessaires en début de saison pour épuiser progressivement la réserve de graines du sol.

Nos conseils pratiques pour une utilisation optimale

Pour effectuer un désherbage par le feu en toute sécurité, évitez de pulvériser par temps très sec ou venteux. Cette technique vous permettra d’éviter les foyers d’incendie. Si la végétation est trop sèche, il est préférable de ne pas toucher les haies ou les pneus de voiture, par exemple.

Il est également conseillé de porter des gants en raison de la chaleur qui peut être générée par certaines parties du matériel, et de porter des chaussures imperméables et adaptées. Les vêtements synthétiques ne sont pas recommandés en raison de la chaleur. Pour réduire les nuisances sonores, vous pouvez porter des écouteurs ou des bouchons d’oreille. Enfin, réduisez le temps d’utilisation pour éviter l’inconfort thermique et protéger le corps des émissions de CO2.

En quoi la méthode de désherbage technique est-elle une solution écologique ?

Les agriculteurs biologiques choisissent toujours le bon moment pour que le désherbage naturel soit beaucoup plus efficace. En principe, il faut procéder avant la montée des graines afin de contrôler leur multiplication. L’idéal est de le faire le matin afin que la plante arrachée sèche au soleil durant l’après-midi.

Par ailleurs, il est préférable d’intervenir lorsque les adventices sont plus sensibles, notamment sur la plateforme. Pour ce faire, privilégiez le printemps, voire le début de l’été. Ce sont les bonnes saisons pour le désherbage thermique, quel que soit le modèle choisi. En effet, durant ces périodes, les mauvaises herbes et autres espèces sont plus sensibles au désherbage.

La méthode de désherbage thermique à gaz est une solution respectueuse de l’environnement. Contrairement au désherbage chimique, qui nécessite l’utilisation de produits phytosanitaires, il offre une solution écologique. D’une part, cette méthode est favorable à la nappe phréatique et à la biodiversité. D’autre part, elle est inoffensive pour l’organisme.